Combien ça va me coûter ?

J’aurai pu choisir la facilité et vous donner la réponse commune: c’est simple le prix du marché est de xx€ de l’heure pour un accompagnement individuel et zz€ pour les équipes, multiplier par 1,5 à 3 suivant la taille et la localisation des structures; par ailleurs j’ai des frais très importants de locaux, de formation et de supervision qui justifient ce prix, et puis tout le monde pratique ces prix !

Si vous vous penchez vraiment et sincèrement sur le sujet, c’est un sujet complexe, aussi complexe que de décider comment rémunérer des employés, décider de leurs augmentations, qu’est ce qui est juste? qu’est ce qui ne l’est pas? Comment mesure-t-on la valeur d’un service? A-t-on tous les mêmes attentes de confort et de luxe d’un cabinet? d’un lieu de formation?

Je vais donc prendre un moment pour vous répondre.

 

Pour commencer, des valeurs et une certaine vision de la société

La vision utopique de la société d’OA! est la possibilité à tout un chacun de vivre heureux et de se développer.
Hors l’argent est devenu aujourd’hui un frein pour accéder aux moyens de se développer, de se cultiver, de se former et même d’échanger des savoirs.
Une des conséquence est que l’on passe un temps important de notre existence a se procurer de l’argent, pour accéder à notre développement personnel, associé à l’argent viennent immédiatement : la performance, la compétition, écraser l’autre… des valeurs aux antipodes de celles d’OAYé!

=> La vision d’OAYé! est que le développement de l’être humain doit être accessible à tous quelque soit ses moyens.

 

Diverses options se présentent alors pour atteindre cet objectif

  • La gratuité
  • Le prix libre et conscient
  • L’échange de services
  • Le café suspendu
  • Un prix minimum

 

Détaillons ces approches

– La gratuité

Etre accompagné est un engagement réciproque pour atteindre l’objectif recherché du client, la gratuité ne me semble pas inviter à un tel engagement.

– Le prix libre et conscient

La notion de prix libre est de dire que vous pouvez donner ce que vous souhaitez, un peu comme ce que l’on met dans un chapeau à la fin d’un spectacle. Le prix libre et conscient amène à réfléchir

Le prix libre et conscient invite à mettre de la conscience à mon geste au regard de (par exemple) :

  • ce que le service me procure,
  • au regard de mes moyens financiers du moments,
  • au regard de l’effort et du travail fourni pour le service

… tout en restant libre sur le montant que vous donnez.

– L’échange de services

L’échange de service se rapproche en fait du troc, je te donne se service, en retour tu me donnes un autre service.

– Le café suspendu

La notion de café suspendu est proposé dans certains bar et consiste à dire que lorsque vous payez votre café, vous avez en fait la possibilité de donné plus afin de permettre à quelqu’un qui n’aurait pas les moyens d’avoir droit à un café. C’est une forme de don avec utilisation fléchée.

– Un prix minimum

L’idée est de dire qu’il y a des frais incompressibles nécessaires à régler comme des frais de location de salles, d’hébergement, frais pédagogiques, … dont chacun doit s’acquitter

 

Mon approche (à ce jour)

J’insiste sur le à ce jour, car je suis dans une dynamique de recherche d’un équilibre entre la société d’aujourd’hui et ma vision d’un certain futur. Mes choix de vie évoluent à la recherche de plus d’échange de services que d’échanges monétaires, cela influencera donc mon approche au fil du temps. Par ailleurs, la rencontre d’associés coopérateurs influera certainement également.

Mon approche est donc la suivante :

  • Un prix minimum en dessous duquel je ne peux pas descendre sous peine de ne pas rentrer dans mes frais.
    Au-delà de ce minimum, ce que vous donnez est libre à vous, en conscience (prix libre et conscient) et en générosité (café suspendu) pour donner l’accès à d’autres qui n’en aurait pas les moyens.
    • Afin de pouvoir payer « en conscience » je m’engage à vous transmettre des indications sur les dépenses que j’engage pour réaliser mon activité dans mon contrat d’accompagnement.
    • Nous nous mettons d’accord sur le montant en début d’accompagnement.
  • Dans le cas d’une situation financière compliquée, la possibilité d’étudier des alternatives de contre-parties est possible et les modalités sont définies en début d’accompagnement (café suspendu, échange de services, prix réduit) pour que l’argent ne soit pas un obstacle.